Tom est consultant RH, ou consultant en travail intérimaire, chez Asap à Anvers. Il a 25 ans, il est sociable, curieux et bien dans sa tête. Vous aimeriez savoir en quoi consiste son travail ? Le métier de consultant RH est-il un métier qui vous convient ? Tom vous dit tout. Il nous a également confié ce qu’il gagnait.

Quelles sont les tâches d’un consultant RH chez Asap ?

Tom : « Un consultant RH recherche le candidat idéal pour nos clients. J’ai trouvé la correspondance idéale et le collaborateur intérimaire peut commencer à travailler ? Dans ce cas, je rédige un nouveau contrat (généralement hebdomadaire) et je gère le paiement du salaire. Je vérifie aussi régulièrement que tout se passe bien, tant pour le client que pour le collaborateur. »

Comment êtes-vous arrivé dans le secteur du travail intérimaire ?

Tom : « Après avoir obtenu mon diplôme (Bachelier en Sciences de la réadaptation sociale et Bachelier complémentaire en Coopération internationale nord-sud, NDLR), je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. La seule exigence : il fallait que ce soit un travail dans lequel je pouvais me reconnaître. Quand j’ai lu l’offre d’emploi d’Asap, j’ai tout de suite été convaincu. Je suis quelqu’un de sociable par nature, bien dans ma tête, et très curieux. La combinaison idéale pour être consultant RH, semble-t-il. »

Est-ce que vous aimez votre travail ?

Tom : « Absolument ! Même si je ne travaille que depuis trois mois, mon travail restera toujours stimulant et varié. Je suis toujours à la recherche du candidat idéal et je suis en contact avec des clients de secteurs très divers. Lorsque l’on trouve la correspondance parfaite entre le client et le collaborateur intérimaire, cela procure une grande satisfaction. J’ai récemment eu mon deuxième starter. C’est très enrichissant ! »

Que pensez-vous de votre salaire ?

Tom : « Je gagne 2 000 euros brut, je reçois des chèques-repas et je bénéficie d’une indemnité vélo. J’en suis très heureux. Mes amis, qui, comme moi, ont un diplôme de bachelier, gagnent à peu près la même chose que moi, je n’ai donc pas à me plaindre"

Quel impact la crise du coronavirus a-t-elle sur votre salaire ?

Tom : « J’ai commencé à travailler au début de la crise du coronavirus. Je n’ai donc rien connu d’autre. Normalement, je travaille cinq jours par semaine, à temps plein, donc. Mais mon horaire a été immédiatement réduit à 3 jours par semaine, avec deux jours de chômage économique. Pour ces deux jours, je ne reçois donc « que » 70 % de mon salaire. Je gagne actuellement environ 1 600 euros par mois, mais ce sera un peu plus quand je reprendrai mon travail à temps plein. »

Combien d’heures travaillez-vous par semaine ?

Tom : « Pendant la crise du coronavirus, je travaille trois jours complets, mais normalement je travaille quarante heures par semaine. Cela me permet de prendre quelques jours de congé supplémentaires chaque année. »

La fonction de consultant travail intérimaire est faite pour vous ? Vous avez envie d’aider les personnes à trouver un emploi dans lequel elles peuvent véritablement être elles-mêmes ? Dans ce cas, jetez un œil à nos offres d’emploi.

Cet article a également été publié sous une forme modifiée sur Jobat.be.

Trouvez le job de vos rêves

Décrouvez ici

Lire d'autres articles du blog